Acheter local est un terme de plus en plus à la mode. C’est cependant plus qu’une tendance passagère : acheter local est un mode de vie. Comme toutes les façons de vivre et de consommer, l’achat local est victime de plusieurs mythes. Voici donc les 2 mensonges les plus répandus sur le phénomène.

 

Mythe #1 — Trouver des produits locaux est une tâche compliquée

Ceci est le mythe le plus répandu en ce qui concerne l’achat local. En fait, c’est la fausse croyance par excellence auprès des gens qui ne se donnent pas la peine de regarder la provenance des produits qu’ils consomment.

 

Il est, en effet, de plus en plus facile de trouver des produits locaux ou, du moins, des produits québécois. Voici quelques astuces pour vous aider :

 

  •  Dans les épiceries, repérez le logo Aliments du Québec.

 

  •  Rendez-vous dans les marchés publics pour acheter directement vos produits auprès producteurs de votre région. On pense aux producteurs agricoles et aux fermiers, mais les marchés publics regorgent de commerçants de bijoux, d’artistes visuels, de designers de vêtements, etc.

 

  •  Lorsque vous devez acheter des meubles, repérez le logo Meuble du Québec. Les boutiques d’ameublement s’efforcent à promouvoir les meubles québécois puisqu’ils sont encore peu connus du grand public. D’ailleurs, saviez-vous que cette industrie permet à 25 000 travailleurs d’ici d’obtenir un emploi stable et bien rémunéré? (Source : Meuble du Québec)

 

Mythe #2 — Acheter local coûte cher

Comme tout ce qu’on achète, il est important de regarder les prix et de repérer les rabais lorsqu’on consomme des produits locaux. C’est certain que, peu importe la saison, vous n’achèterez jamais des fraises de la Californie à 7 $. C’est la même chose pour les produits d’ici. Les fraises, comme, plusieurs autres produits du secteur alimentaire, sont souvent en vente dans les épiceries.

 

Pour payer un peu moins cher et avoir accès à des produits abordables en tout temps, visitez les marchés publics. Vous éliminez ainsi un intermédiaire (l’épicerie) et rencontrerez les producteurs directement.

 

Lorsqu’on décide de se procurer des produits d’ici dans les domaines du meuble et de la mode, il faut acheter en gardant en tête la durabilité et la qualité des produits, puisque c’est certain que le prix à l’achat sera un peu plus élevé.

 

Cependant, lorsqu’on achète un meuble ou un morceau de vêtement québécois, on participe à encourager des industries responsables où la quantité ne supplante pas la qualité.

 

Les magasins de meubles qui se veulent économiques offrent des produits complexes à assembler et qui sont de piètre qualité. Payer 300 $ pour une commode peu solide et pas du tout durable qu’il faudra changer dans 2 ans puisqu’elle ne sera plus en état n’est pas un choix écologiquement ni économiquement responsable. Il serait préférable de payer 500 $ pour obtenir un meuble de grande qualité qui saura durer dans le temps (et qu’on n’aura pas à changer dans 2 ans).

 

C’est évidemment plus cher sur le moment, mais pas à long terme puisque vous n’aurez pas à changer vos meubles.

 

Connaissez-vous d’autres mythes sur l’achat local?

 

Téléchargez Locali-T, l’application qui vous aide à acheter local!